Mesdames Messieurs, ceci est un flash spécial.

Les semaines sont agitées en Sauciss-Land, et on dénombre à l'heure actuelle bon nombre de changements:
- l'apparition en masse et en touffes de cheveux blancs. Les forces de l'ordre ont dû utiliser la force et des moyens spéciaux tels que pince à épiler pour en venir à bout. L'Etat informe qu'à moyen terme, une solution de masse plus radicale devra être envisagée. On parle déjà de coloration.
- Suite à la confrontation entre un trottoir parisien et la cheville fricadelienne, on nous annonce que l'état de la victime s'améliore lentement. Malheureusement, le port de chaussures à trop hauts talons est toujours prohibé.
- Pour la première fois depuis son emménagement à Lyon, la Saucisse dort seule à la maison, et il semblerait que cela soit plus difficile qu'il n'y parait. Elle se confie à nous : "Y'a pas à dire, c'est qu'il me manque mon petit Parisien d'amour!" (séquence émotion).
- Toujours à la recherche d'une paire de pompes pouvant remplacer ses ballerines qui arrivent en fin de course, le Gouvernement Fricadelien se désespère de trouver une paire qui soit à sa taille, mais continue les recherches.
- Enfin, l'Etat de Sauciss-Land informe ses concitoyens qu'à compter de jeudi matin 8h30, la Fricadelle sauvage commence une mission d'intérim de quelques semaines (voire quelques mois). Fini donc la glandouille, les heures à jouer à des jeux débiles sur Facebook et surtout la décrépitude cérébrale, la morfondation du bulbe, et le pétage de plombs pour cause d'inactivisme aigu. Bien entendu, les séances quotidiennes d'empifrage et de grignotages seront remplacés par des trajets en voiture, et à moyen terme une inscription dans un club de sport est prévue.
- Un chiffre à retenir: 2. C'est le nombre d'année d'attente sollicitées par le Parisien concernant un dilemme mentionné dans l'une de nos dernières éditions.

Mesdames et Messieurs, c'est sur cette petite énigme que s'achève cette édition du soir.
Heureuse de vous savoir, j'espère, toujours aussi nombreux à nous lire, nous vous souhaitons une bonne nuit, une bonne continuation, la paix des choucroutes et la libération des clous de girofle.

A vous les studios.