L’amour est dans le Pré s’est pour ainsi dire clôturé hier soir : ayé, tous les petits agriculteurs on fait ce qu’ils avaient à faire avec leur(s) prétendant(e)s, week-end chez eux et en Europe compris.
Et ça m’a foutu le bourdon.

Déjà Pascal, le bourru « on verra » qui n’a jamais voulu dire à la pauvre et chevelue Lucie qu’il ne faisait que l’apprécier et qu’il passait du temps avec elle que pour lui faire plaisir. J’aime les gens francs, j’aime pas qu’on fasse croire aux gens des choses qui n’en sont pas.

Ensuite Nicolas et Christine et leur accent de l’Aveyron. Eux, ils sont toujours ensemble à la fin de l’émission. Mais on dirait 2 potes qui s’en vont faire un footing. Je vois pas vraiment le potentiel véritablement amoureux de ce couple. M’enfin après, on peut toujours avoir des surprises hein !

Philippe et Margarida : les deux ado de 16 ans enfermés dans des corps de 40… C’est agaçant cette histoire. Où tous les 2 sont bien, où tous les deux vivent quelque chose de chouette, mais où personne ne veut faire un effort pour se rapprocher, et Philippe qui ne veut pas entendre le mot Amour… Non mais qu’est ce qu’il veut alors ? Je sais pas, en faisant ce genre d’émission, tu te doutes bien que tu ne vas pas trouver quelqu’un qui habite à coté de chez toi (sauf si tu t’appelles Nicolas et que tu trouves une pote à 15 bornes de chez toi !)) !!!

Et puis le pompon… Mais le pompon du pompon à Jean-Pierre et Christelle.
Bon d’accord, on avait compris que c’était pas exactement l’homme de sa vie. On avait aussi compris que c’était pas la femme de sa vie. Mais quand bien même, il y a peut-être une histoire à vivre…
Toujours est-il qu’on a bien compris que lorsqu’il est venu chez elle, il a dormi dans son lit, à Rome pareil et que, je cite « ils se sont connus comme un homme et une femme », ils sont « des adultes, ils ont vécu des moments très agréables ».
En gros, ce qui ressort de cette Castafiore des champs (dixit Koyangi), c’est que ce n’est qu’un goujat qui voulait tremper son biscuit ailleurs que dans une vache. Oui je suis vulgaire, mais je n’aime pas qu’on prenne des gens pour des cons.

Je ne sais pas si vous avez regardé l’émission ni ce que vous en avez pensé, mais j’ai été un peu « gênée » par cette ambiance de galipettes érotiques entre quadras consentants qui aiment s’afficher. Non mais sérieux : entre les langues dans les bouches (Margarida et Philippe, Agnès et Olivier), les petites phrases avec sous-entendus (Agnès et Olivier, Philippe et Margarida), les portes fermées (Philippe et Margarida, Yoann et Emmanuelle), les phrases clairement explicites à la limite de la fanfaronnade (Jean-Pierre et Christelle), on a tous compris qui avait trempé son biscuit dans qui et quand !

C’est plus l’Amour est dans le Pré cette histoire, c’est Baise dans un Champ !

Heureusement qu’il y a les petits jeunes comme Nicolas et sa pote Christine pour bien se tenir J.