Donc 12h de vol plus tard, nous sommes levés depuis déjà 22h, nous voici à Osaka.

 

Premier choc à côté de la France : quand toi tu récupères tes bagages sans dessus dessous, au Japon, on paie quelqu'un pour te les mettre droits de telle sorte que la poignée soit juste devant toi. Le sens du service japonais commence déjà à m'étonner.
Sortie de l'aéroport, il nous faut prendre les billets pour Osaka, et comprendre comment fonctionnent les machines pour les tickets... Il faut regarder sur le plan le tarif pour la station de destination, puis mettre l'argent dans la machine et ensuite choisir le tarif en question. Et oui, au Japon, on choisi le tarif, non pas la destination. Bref. Je reviendrai sur ces détails dans un billet sur les aspects pratiques justement.
1h ou presque pour rejoindre la Gare de Namba, un coup de métro pour aller à Umeda (et je remercie la personne qui est payée uniquement pour vérifier que tout le monde arrive à se servir des machines et qui nous a aidés...) non sans l'aide d'un Japonais qui nous a à peine laissé le temps d'ouvrir notre guide pour nous demander si nous avions besoin d'aide. Les Japonais ne parlent pas très bien anglais, mais par contre, s'ils proposent leur aide, ils feront tout leur possible pour nous être utiles, même avec 3 mots d'anglais (et je l'ai vérifié maintes fois). Une fois à Umeda, départ avec un nouveau train pour Kyoto, et un coup de fil passé à notre "Travel Angel", la personne devant nous remettre les clés de la maison que nous avions louée.

Faut pas se leurrer, après 24h debout à s'agiter, à stresser, à tenter de comprendre, une fois dans le train, je me suis endormie comme une grosse larve. Choc numéro 2: Quand toi tu t'endors la tête en arrière, la bouche grande ouverte et la bave aux lèvres, le Japonais lui est beaucoup plus discret : la tête en avant contre la poitrine, c'est tout juste si on s'est rendu compte qu'il s'est endormi 20 secondes après le départ... Et tous les Japonais font pareil !!! J'aimerai connaître leur secret pour s'endormir aussi rapidement.

Arrivée à Kyoto, gare de Karawamachi, il fait chaud, et des filles se promènent en Kimono... dépaysement garanti ! 20 minutes de marche pour découvrir une petite maison traditionnelle dans Gion, tout en tatamis, avec tout le confort nécessaire... Après autant de temps, la douche n'est plus un bienfait s'en est carrément une délivrance !

On décide de partir se balader un peu histoire de prendre le bon rythme tout de suite. Au programme : le Yasaka Shrine auquel on accède depuis un gros carrefour dans le quartier de Gion. La présence de la porte du temple au milieu des immeubles, des commerces et les voitures est un mélange assez fou mais étrangement harmonieux. Nous montons ensuite au Kyomizu Dera en passant devant le Ryozen Kannon, ce monument dressé à la mémoire des soldats de la Guerre Mondiale et par une rue qui n'a presque pas changé depuis l'époque Edo : petites maison basses en bois transformées en magasins, pouss-pouss... La montée au Kyomizu est un peu difficile compte tenue des écoliers en uniformes en sortie scolaire qui sont arrivés par cars entiers. Des rangées et des rangées de paires de chaussettes blanches et d'uniformes qui nous suivront jusqu'à la fin du voyage. Il y a, vraisemblablement, énormément de sorties culturelles au Japon, ce qui n'est, à mon avis, pas un mal.

DSC_0018 DSC_0019
La porte du Yasaka Shrine

DSC_0039 DSC_0045 DSC_0048DSC_0051 DSC_0052
Sur le chemin du Kyomizu, une vrai fausse Geisha, le Ryozen Kannon, La Pagode du Yasaka, la petite rue typique et la Pagode du Yasaka avec les écoliers

Du Kyomizu et sa terrasse construite sans clous (si si !!), nous apprécions la vue sur Kyoto dans le jour qui se couche (très très tôt, il n'était que 17h !) au milieu des piaillements des écoliers et des flashs de leurs appareils photos... A regrets, je dirais que nous étions un peu trop épuisés pour réellement jouir de ce moment. Mais le Kyomizu reste un très chouette temple à faire, et la redescente vers la ville est jalonnée de petites boutiques dans lesquelles il est aisé de faire ses cadeaux de souvenirs (les prix sont les mêmes partout de toute manière!).

DSC_0076 DSC_0104 DSC_0116

Enfin, nos premières courses dans le supermarché du coin (Fresco, à ne pas confondre avec les combini du type Lawson qui sont des petits magasins ouverts 24/24h), même si on ne sait pas exactement tout ce qu'on achète (ce qui est, j'avoue, super fun!), on prend plaisir dans le magasin à découvrir de nouvelles saveurs (le thé à l'érable, il faut aimer, c'est archi fort!).

DSCN5901b

1: thé à l'érable, à laisser infuser 10 secondes, sinon c'est imbuvable
2: Les yahourts... sont étonnamment plus petits que les yahourts en France. Sinon l'alliance Aloe Vera/Coco est sympa
3: Des Makis achetés tout prêts... pas mal, surtout pour le prix : 3€ !
4: du riz... qu'on a ramené en France car il est bon, et il nous a rien couté!
5: les aromates pour riz, qu'on trouve dans les épiceries japonaises en France, sympa ! sur du riz chaud, avec de la sauce soja, ou dans des onigiris... Le plat à faire quand on est pressé, ou qu'il est 22h30 et qu'on a pas trouvé de resto (j'y reviendrai...)
6: de la soupe miso, rien de folichon la dedans. Conseil : plus la couleur du miso est foncée, plus la soupe est forte !
7: Hmmm, ces petits pains nous ont suivi toute la semaine pour nos petits déj... C'était ce qu'il y avait de moins pire !
8: des sushis tout prêts... 4€, bons mais pas folichon.
9: les sashimis seiches, dans un supermarché. 4€ certes, mais immangeable, on aurait dit un morceau de pneu !

La fatigue aura eu raison de nous à 20h30 (pire que des vieux), après une journée interminable... pour mieux recommencer demain !